Accueil » Blog » Le chemin de Compostelle, raconté par Jenny

Le chemin de Compostelle, raconté par Jenny

by Mali
randonner seule sur le chemin de compostelle

Ce qui m’a le plus surprise, c’est la facilité à se laisser envahir par ce chemin, l’ambiance, les rencontres...

Parmi les nombreuses randonnées mythiques, le chemin de Compostelle est un itinéraire légendaire. En vérité, on devrait plutôt parler des chemins de Compostelle, pour désigner toutes les routes qui étaient empruntées par les pèlerins pour se rendre jusque Saint-Jacques-de-Compostelle. Les quatre chemins principaux sont toutefois : la Via Podiensis (départ Le Puy-en-Velay), la Via Turonensis (depuis Paris), la Via Lemovicensis (depuis le Vézelay) et la Via Tolosana (qui part d’Arles). 

Vous avez envie de faire le Chemin de Compostelle en 2021 (ou plus tard) ? J’ai demandé à Jenny, blogueuse voyage, de partager avec nous son expérience de voyage sur le chemin de Compostelle.  

J’étais perdue, je venais de vivre des moments pas très douloureux en 7 jours qui m’ont complètement déstabilisée dans mon quotidien.Je suis partie sur un coup de tête, je voulais un voyage avec un but précis et simple. Le but était d’arriver à Santiago de Compostella avec un quotidien simple : marcher, manger et dormir ! Au début on ne sait pas trop pourquoi on part et ce qu’on vient chercher, j’ai beaucoup pleuré, beaucoup évacué. Et petit à petit, plus j’avançais, plus je rencontrais des gens, plus je partageais mes expériences de vie, plus je trouvais des réponses. En fait, j’avais besoin de me guérir d’un mal-être physique et psychologique. Retrouver qui j’étais, ce que je voulais et ce que je ne voulais plus.

Quel itinéraire as-tu suivi exactement ?

Chemin de compostelle
De France, j’ai suivi la voie du Puy-en-velay, le GR 65 qui passe par chez moi, Cahors, jusqu’à Saint-Jean-de-Pied-de-Port. 
En Espagne, j’ai suivi le Camino Francès, le chemin le plus historique du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Au total 1200 kilomètres en 7 semaines.
 
Mes étapes préférées :
La traversée des Pyrénées, c’est énorme, j’entendais beaucoup de choses, 8 kilomètres de dénivelé plus, ça peut être dur ! Je la redoutais et easy, avec 2 semaines de marche avant, c’était tranquille ! J’ai adoré cette étape !
 
Ensuite en Espagne, celle qui m’a le plus marquée, la Peseta, le désert espagnol ou beaucoup de pèlerins l’ont sauté en prenant le bus de Burgos à Léon. C’est là que j’ai pu réfléchir, envisager, trouver des réponses… j’étais seule et j’étais bien !

Tu avais déjà voyagé à pied aussi longtemps auparavant ? Qu'est-ce qui t'a le plus surpris ?

arrivée chemin de compostelle

Jamais ! Je suis partie du jour au lendemain sans savoir dans quoi je m’embarquais ! Ce qui m’a le plus surprise, c’est la facilité et la simplicité sur le chemin, quand on se lance pendant 2 mois, ce n’est pas juste pour le plaisir de marcher, c’est du mental avant d’être physique ! Donc la facilité à se laisser envahir par ce chemin, l’ambiance, les rencontres, la facilité à trouver son chemin en fait et simplicité, parce que la vie est simple sur le chemin de Compostelle. Quand on a besoin de légèreté, marcher, manger, dormir et remarcher pour avancer, c’est ça ! J’avais besoin de simplicité et je l’ai vite trouvé !

Quels sont tes meilleurs souvenirs et tes pires moments ?

Faire le chemin de compostelle seule
En fait, le pire moment c’est de partir. Je ne savais pas ce qui m’attendait, pourquoi je le faisais, je savais simplement que j’avais besoin de simplicité pour me retrouver. J’étais totalement pommée au moment du départ, les premiers jours sont durs, des ampoules, du mal à trouver des repères, faire des rencontres… Au bout de 10 jours, un gros coup de fatigue arrive, on a du mal à avancer et puis des rencontres font le déclic. Ça t’aide à aller de l’avant et tu commences à avoir confiance en ce que tu fais et pourquoi tu es partie marcher autant aussi longtemps.
 
Toutes les rencontres sont inoubliables, elles t’aident à avancer, à comprendre pourquoi tu es là, le côté humain du chemin est juste inexplicable, il se vit ! Ensuite, ce moment de motivation puissant, qui me poussait à aller jusqu’au bout et qui fait que je ne lâcherais rien ! La Meseta, le désert espagnol tant redouté des marcheurs, est l’une de mes plus belles étapes, j’étais totalement seule pendant 7 jours à enchaîner les kilomètres, j’ai aimé ce moment de solitude ! Beaucoup de gens ont peur de la solitude, je n’avais pas peur, je suis plutôt solitaire donc je l’attendais avec impatience. D’ailleurs j’en parle parfaitement bien dans mon article sur le Camino Frances.  
 
Second moment très marquant, mon dernier jour sur le chemin de Compostelle. Élan de motivation, je finirais à Santiago de Compostella avec 40 kilomètres dans les jambes, des émotions multipliées par 1000, de la tristesse que le chemin s’arrête et une certaine fierté, que je mettrais du temps à accepter, d’avoir marché pendant 2 mois. C’est un beau défi personnel !

Est-ce que tu aimerais te lancer dans un autre itinéraire de grande randonnée ? Un conseil pour les lecteurs ?

Oui, j’envisage de faire la VIA FRANCEGINA en partant de Besançon jusqu’à Rome, une fois que la crise sanitaire sera passée. Mais cette année, je vais me faire lancer dans le Chemin de Stevenson (Puy-en-Velay > Ales), faire également le Puy-en-Velay jusqu’à Cahors. Et si j’ai encore le temps, faire le chemin d’Arles pour faire Arles jusqu’à Toulouse. Quand on se lance dans un premier chemin, on envisage plein de projets.

Mon conseil : Foncez ! Ne réfléchissez pas trop, c’est une belle expérience humaine, car on se redécouvre et on découvrir la solidarité sur le chemin. On est tous dans la même galère, on se met tous au défi physiquement donc il y a un soutien moral sur le chemin ! Tous les pèlerins sont unis !

Les infos à retenir

  • Le conseil #Teamsansvoiture : Foncez ! Ne réfléchissez pas trop, c’est une belle expérience humaine, car on se redécouvre et on découvrir la solidarité sur le chemin. On est tous dans la même galère, on se met tous au défi physiquement donc il y a un soutien moral sur le chemin !
  • Le blog à voir : celui de Jdroadtrip, blogueuse voyage solo, et un podcast à écouter.

You may also like

Leave a Comment